Avec ses 7641 îles, l’archipel des Philippines offre une incroyable variété de cultures et de paysages.

 

Voici le récit de notre voyage qui nous aura emmenés de Manille à Port Barton en passant par les rizières de Banaue.

 

Notre vidéo de voyage


Aperçu de notre itinéraire

 

Avec 15 jours complets devant nous pour découvrir le pays, pas facile de se décider entre Luzon, Palawan, Bohol, Cebu… Toutes les îles semblent avoir beaucoup à faire découvrir mais la distance et la complexité des transports intérieurs nous ont contraints à faire des choix, et c’est sur les îles de Luzon et de Palawan que nous avons décidé de concentrer notre attention.

 

Manille


Capitale du pays, Manille sera probablement votre point d’entrée aux Philippines. Constituée d’un grand nombre de quartiers différents, Manille est une ville aux multiples visages et mérite véritablement de s’y attarder, ne serait-ce que pour une journée.

Arrivés dans la soirée, nous faisons un rapide passage à notre hôtel (Hotel Juliano), puis partons nous promener et chercher un endroit où dîner. Nous croisons peu de touristes (tant mieux!) et nous baladons sans jamais nous sentir en danger. Nous finirons dans un minuscule restaurant-karaoké fréquenté uniquement par des Philippins où nous passerons un excellent moment.

 

Victimes du décalage horaire nous sommes debout à 5h du matin, dès le soleil levé, nous nous mettons en route pour nous balader. 

 

Rizal Park

Nous commençons par nous diriger vers Rizal Park situé à 2 pas. Compte tenu de l’heure extrêmement matinale nous nous attendons à visiter le parc sans rencontrer personne. A notre grande surprise le parc est déjà bondé de locaux venus profiter du plus grand parc de la ville. Clubs de Tai-chi en plein air, familles jouant au badminton dans l’herbe, joggers matinaux, le parc semble vraiment être un lieu incontournable de rencontre et de vie sociale de la ville.

Seuls touristes parmi cette foule de locaux nous sommes mêmes accueillis par quelques « Welcome to the Philippines ». Nous visitons le parc sans nous presser et profitons à fond dans ce moment de vie Manillaise auquel nous nous sentons privilégiés d’assister.

 

Les remparts de l’Intramuros

Nous poursuivons ensuite notre route vers l’intramuros, la partie fortifiée par les conquistadors espagnols au 16ème siècle. 

Densément construit, l’intramuros est un dédale de rues étroites bordées de bâtiments à l’architecture coloniale. 

 

Nous nous laissons porter au hasard à travers le quartier et trouvons dans une ruelle à proximité de la cathédrale un petit restaurant sans nom qui semble proposer des petits déjeuners. Fréquenté seulement par quelques locaux, nous choisissons au hasard 2 plats de petit déjeuner accompagnés de riz.

 

La Cathédrale de Manille

Sans le savoir  nous avons choisis 2 plats extrêmement populaires aux philippines: le Longanisa (genre de chair à saucisse aux épices) et le Tocino (sorte de bacon philippin aux épices) que nous retrouveront régulièrement au menu au cours de notre séjour. 

 

L’entrée de Fort Santiago

Nous terminons l’intramuros par la visite du parc de la Plaza Moriones et du Fort Santiago. La vue des remparts, les impressionnantes fortifications, et la beauté du parc méritent un détour.

Nous nous dirigeons ensuite vers Chinatown et c’est en Tuk tuk que nous faisons le chemin. 

Le Tuk tuk est un moyen populaire de transport aux Philippines. Dans Manille cela n’est pas de tout repos entre la circulation dense et la pollution intense au ras du sol. Cela reste néanmoins un moyen très économique de se déplacer (mettez-vous d’accord avant la course sur le prix et n’hésitez pas à négocier largement le tarif annoncé).

 

Un stand de streetfood à Chinatown

Chinatown contraste de l’intramuros par son architecture mais aussi par l’ambiance générale du quartier, très différente. En ce début d’après-midi nous tombons sur un grand marché de rue autour de Juan Luna St et Soler St. Nous sommes littéralement happés par la foule et nous laissons porter par cette marée humaine. Dans ce marché en plein air tout se vends produits frais, plats cuisinés, jouets, bibelots, ustensiles de cuisine, nous verrons même un stand avec des chiens en cages…

 

Le cimetière chinois

Épuisés par la foule, nous reprenons un Tuk Tuk en direction du cimetière chinois de Manille. Grand comme un village, ce cimetière hors du commun est constitué de rues entières d’impressionnants mausolées contenant les tombes de familles chinoises. Certains sont grands comme de petites maisons et la décoration est parfois hallucinante! C’est dans un silence de mort (sans jeu de mots!) que nous découvrons le cimetière, très peu fréquenté. Entourés de tombes nous nous sentons à la fois curieux et mal à l’aise. 

Nous décidons d’essayer de repartir du cimetière en Jeepney, ces anciennes jeeps de l’armée américaines retapées et décorées par les Philippins, aujourd’hui utilisées comme transport en commun par les habitants. Sans arrêt fixes et avec des trajets assez flous pour les non-initiés, nous n’arriverons pas à trouver un Jeepney pour nous ramener à Rizal Park et nous nous rabattons sur un Tuk Tuk.

Nous finissons notre journée par une promenade sur le Baywalk, cette promenade pourtant recommandée par le Lonely Planet n’a aucun intérêt et nous ne la recommandons pas.

La fin d’après-midi est là et il est temps de nous rendre à la gare routière de Quezon City, direction Banaue!

 



 

Banaue, Cambulo & Batad

 

Commence alors un long trajet de nuit en bus. Âmes sensibles sur la route s’abstenir! Prendre la route aux Philippines n’est en effet pas de tout repos: routes étroites, dépassements en montée et en virage, attendez-vous à quelques sueurs froides!

Nous arrivons au petit matin à la gare routière de Banaue où nous sommes accueillis par Don Don notre guide (nous l’avions trouvé grâce au blog d’Irene, une autre guide de la région).

Après le petit déjeuner, nous repartons en Tuk Tuk vers le point de départ du trek.

Commence alors le trek le plus long et difficile que nous ayons faits jusqu’à maintenant. Sous une pluie intermittente nous enchaînons des montées et des descentes parfois très raides. Le reste du temps nous marchons en équilibre sur le bord des rizières. Les paysages malheureusement parfois masqués par les nuages à cette altitude sont magnifiques.

Rizières de Pula

Nous arrivons à la tombée de la nuit dans le petit village de Cambulo complètement épuisés, bourrés de courbatures et pour couronner le tout, trempés jusqu’aux os!

Le guesthouse est simple (pas d’eau chaude et toilettes sans chasse d’eau) comme on pourrait s’y attendre dans un village de montagne non relié au réseau routier (5 heures de marche tout de même). Nous trouvons les forces de rincer nos affaires pleines de boue et de les mettre à sécher près du feu allumé à cet effet. 

 

Rizières de Cambulo

Nous dînons en compagnie des rares voyageurs engagés sur le trek (à peine une dizaine), certains, mal préparés sont découragés par la difficulté du terrain et les conditions météo du premier jour. Tous ont en revanche adorés la beauté du paysage. 

 

Cambulo

Après une nuit de sommeil réparateur, nous nous réveillons de bonne heure. Comme nous avons du temps avant de nous remettre en route nous décidons d’aller nous aventurer dans le village.

Nous parcourons un dédale de ruelles où nous rencontrons habitants, chiens et poulets en libertés. Nous finissons par tomber sur l’école du village où des enfants jouent au basket avant le début des cours. C’est presque irréel de voir ces enfants se rendre en classe tant on se sent coupés du monde.

L’école de Cambulo

Nous reprenons la route avec Don Don, cette fois ci la randonnée s’effectue essentiellement en bordure de rizière, si bien que nous passons une bonne partie de la randonnée à croiser des habitants en train de planter du riz, au fur et à mesure de la randonnée Don Don nous explique tout sur la production du riz et la place des rizières dans la société Ifugao.

 

 

Tappiya Falls

Après une randonnée moins difficile que celle de la veille nous arrivons en fin de matinée sur les hauteurs de Batad. Nous descendons vers Tappiya Falls, une grande chute d’eau située en contrebas de Batad. Si la descente s’effectue relativement sans problèmes, la remontée par le même chemin remet nos corps déjà courbatus à rude épreuve, puisque c’est plusieurs centaines de mètres de dénivelés positif qu’il nous faut parcourir au moyen de chemins boueux et de marches en pierres glissantes.

Nous finissons la randonnée en nous promenant dans la partie basse de Batad où nous observons les habitants qui travaillent dans leurs rizières mais aussi tout un tas d’autre corps de métier traditionnels, tisserands, forgerons, éleveurs…

 

Arrivée à Batad

Don Don nous montre notre guesthouse situé dans les hauteurs du village, le Batad View Inn. Il faut dire que l’endroit porte vraiment très bien son nom, le guesthouse jouit en effet d’une vue panoramique époustouflante sur les rizières en contrebas.

Nous passons le début d’après-midi avec Don Don, il nous fait visiter une maison Ifugao puis nous montre comment le riz est transformé avant de pouvoir être consommé. La fin d’après-midi est consacrée au repos et à la contemplation de la vue magnifique qui s’offre à nous. Ce fut probablement l’un des meilleurs moments de ce voyage tant nous nous sentions chanceux d’être témoins de ce spectacle.

What Else?

Le lendemain matin nous repartons pour la dernière demie-journée avant de rentrer à Banaue. Cette randonnée, plutôt facile nous fait traverser plusieurs petits villages satellites de Batad et nous arrivons en fin de matinée au village de Bangaan, terme de ces 3 jours de randonnée. 

Un Tuk Tuk nous ramène à Banaue où nous passerons le reste de la journée à nous reposer pour être en forme pour notre destination suivante: Sagada

 

 

 

 

La préparation du riz

 

 

Sagada

 

Les fameuses Jeepneys

Pourtant situé à seulement 60 kilomètres de Banaue, le dépaysement lors de l’arrivée est total. En effet que ce soit par la végétation, l’architecture ou même les habitants on se sent vraiment loin de Banaue.

Sagada est connu pour ses cercueils suspendus, et ses grottes, les plus grandes des Philippines.

Après un passage à notre hôtel (George Guesthouse), nous nous rendons à l’office du tourisme local afin d’engager un guide pour la journée. Nous sommes accueillis par Peter, et commençons par une courte promenade qui nous emmènera jusqu’aux cercueils suspendus de l’écho valley. Peter nous explique que cette pratique issue d’une tradition animiste est vieille de plusieurs siècles, la plupart des corps sont repliés en position foetale, ce qui explique la petite taille des cercueils. Rare de nos jours, la dernière inhumation (cercueil bleu et blanc sur la photo) remonte à 2013.

Sagada Hanging Coffins

Peter nous emmène ensuite à la découverte de Sumaging Cave, le plus grand réseau de grottes des Philippines. Eclairés par une lanterne à pétrole et nos lampes frontales, nous découvrons ce monde souterrain et ses roches polies par la rivière souterraine. Après 1h30 d’exploration nous retrouvons la lumière du jour. A savoir, il existe un itinéraire de spéléologie qui relie Sumaging Cave à une autre grotte au terme de plusieurs heures d’efforts. Nous n’avons pas tentés l’expérience.

Nous quittons Peter en début d’après-midi et décidons de poursuivre la ballade nous-même. Nous déjeunons au Sagada Brew, un café-restaurant de la rue principale qui sert une cuisine originale et savoureuse.

Nous remontons ensuite la rue principale où nous flânons autour des échoppes du marché couvert

Les hauteurs de Sagada

Après un passage devant la jolie petite église de la ville, nous poursuivons notre promenade vers les hauteurs avant de redescendre par d’étroits chemins qui nous emmèneront dans des ruelles minuscules à la découverte des habitations et jardins des habitants. 

Nous dinons ce soir-là dans un restaurant quelconque et rentrons nous reposer.

Nous commençons notre 2ème et dernier jour à Sagada par un excellent petit déjeuner à la Sagada Lemon Pie House, qui bien que sa spécialité soit les tartes au citron propose également des petits déjeuners. Nous retrouvons d’ailleurs avec plaisir du tocino et de la longanisa au menu!

Les cercueils empilés de Lumiang Cave

Nous nous mettons ensuite en route vers Lumiang Cave et ses cercueils empilés. Après quelques difficultés pour trouver comment y accéder (cherchez des marches qui descendent sur la gauche), nous arrivons enfin à l’entrée de cette gigantesque grotte.

Les cercueils ornementés de motifs traditionnels et parfois vieux de plusieurs siècles s’étendent à perte de vue dans la grotte. Nous faisons une pause au Gaia Café and crafts, cabane suspendue dans les arbres, qui offre une vue magnifique sur le panorama et les rizières alentours.

 

 

Nous terminons la matinée en nous perdant dans les petites rues de la ville et déjeunons au Yoghurt House où nous passons un agréable moment au soleil, sur le balcon à l’étage du restaurant.

Le milieu d’après-midi approche et il est déjà temps pour nous de récupérer nos affaires avant de prendre le bus qui nous ramènera à Manille pour la prochaine étape de notre voyage: Palawan! 

 

 



   


Puerto Princessa

 

Simple lieu de passage vers les villes du Nord pour de nombreux touristes, nous décidons malgré tout de passer 2 jours à Puerto Princessa. L’avenir nous donnera raison, puisque quasiment dépourvue de touristes, la ville offre de belles surprises à qui veut bien se donner la peine de les découvrir mais surtout la possibilité d’observer de manière authentique le quotidien des habitants.

Jungle Flower Guesthouse

Nous logeons au Jungle Flower Guesthouse, un véritable coin de paradis un peu à l’écart de la ville. Ce guesthouse est composé de seulement 5 chambres enveloppées dans un luxuriant jardin. Nous sommes accueillis par le sympathique propriétaire des lieux, un américain tombé amoureux de l’île il y a des années et qui n’est jamais repartis!

Après avoir déposé nos valises nous nous mettons en route vers Emerald Beach, la plage la plus proche.

Prisée par les kitesurfers cette jolie plage de mangrove, presque déserte, ne permets pas vraiment de se baigner mais est l’occasion d’une jolie promenade. Nous déjeunons près de l’eau au restaurant de l’hôtel avoisinant, le Microtel.

Emerald Beach

Nous passons la fin d’après-midi à nous reposer au guesthouse où nous arrangeons avec le propriétaire d’aller explorer les îles environnantes le lendemain. Ce soir là nous dînons au KaInato, un restaurant un peu haut de gamme de la ville, servant des plats locaux très bien préparés dans un décor original.

Après un excellent petit déjeuner servis dans le jardin de notre guesthouse (du tocino, des pancakes et des fruits frais!) nous partons vers le port de Puerto Princessa pour débuter notre journée d’Island Hopping. Nous rencontrons notre groupe composé essentiellement de touristes Philippins et d’autres pays d’Asie. Nous sommes les seuls européens.

Nous faisons d’abord route vers Starfish Island, un magnifique banc de sable blanc et de mangrove, inhabité le reste de la journée. Cinq minutes de marche nous suffisent pour arriver au bout de la plage et à être seuls au monde. Nous passons un long moment dans l’eau cristalline à observer en snorkeling les coraux et les poissons. Nous regagnons le auvent en bambou ou nous avions débarqués et où l’équipage nous a préparés un véritable festin: fruits frais, poissons et viandes grillés, moules, riz. Tout est délicieux et il faudrait être difficile pour ne pas apprécier un tel repas dans un cadre aussi magique.

Starfish Island

Notre 2ème étape se situe sur un autre ilot, malheureusement plus exposé aux vagues et  à la houle ce jour là. Il ne permettra pas d’autre activité que la baignade.

La dernière étape de la journée est un stop sur Cowrie Island, cette île légèrement plus grande que la première est habitée par un resort et n’offre donc pas le charme d’une île déserte. Nous en tirons néanmoins parti en nous offrant un lait de coco frais que nous buvons au bord de l’eau.

Après notre retour au port, la nuit est en train de tomber et nous décidons de nous balader aux alentours de notre logement. De nombreux vendeurs de rue se sont installés et proposent toutes sortes de brochettes grillées sur des barbecues de fortune: viandes et poissons épicés, bananes sucrées caramélisées. Nous dînons sur le pouce en finissant notre ballade. 

Nous rentrons au Jungle Flower pour nous reposer, demain une autre longue journée de voyage nous attend. Direction El Nido.

 

 

El Nido

 

Inutile de vous le cacher, El Nido sera la grosse déception de notre voyage. Après 10 jours passés à voyager loin du tourisme de masse, à vivre selon les standards locaux, et au rythme des habitants, notre arrivée est un vrai choc. Probable havre de paix il y a 15 ans, El Nido subi de plein fouet les dégâts du tourisme de masse. 

La ville n’est pas très grande mais est en proie à une construction effrénée d’hôtels et de resorts aux standards luxueux et totalement déplacés dans un pays où la simplicité est encore privilégiée. 

Le tourisme a fait exploser les prix et nous ferons là-bas les repas les plus chers de notre séjour. 

L’offre en magasins de souvenirs et en restauration est absolument ridicule. On peut en effet manger des crêpes bretonnes, des glaces à l’italienne, ou aller boire des verres dans des bars en tous genres… On repassera pour l’authenticité.

Le tourisme semble d’ailleurs affecter la population locale que nous trouvons moins souriante et sympathique que dans le reste du pays et nous les comprenons!

Coucher de soleil sur la baie de Bacuit

Notre logement sur place (La Casa Teresa), nous offrira tout le confort nécessaire mais manque singulièrement d’authenticité et de la simplicité que nous avions tant apprécié jusqu’ici.

Nous hésitons un moment à repartir directement d’El Nido pour notre destination suivante. Cependant, nous avions prévu de faire de la plongée le 3ème jour et c’est l’appel des récifs qui nous retiendra jusqu’au bout.

Small & Big lagoons
et leurs embouteillages…

Le lendemain nous décidons de retenter l’experience de l’Island Hopping comme nous l’avions fait à Puerto Princessa. Il faut dire que nous sommes sollicités de toute part tant l’offre est pléthorique. Nous acceptons dans l’espoir de fuir la foule. Mauvaise idée. Les circuits étant les mêmes pour la plupart des sociétés, tous les bateaux se retrouvent au même endroit au même moment, transformant le coin de Paradis espéré en hall de gare les jours de grand départs.

Là encore nous constatons les méfaits de ce tourisme de masse en voyant les bancas (bateaux traditionnels Philippins) se mettre au mouillage à l’aveugle sur les fonds coralliens mais aussi les touristes marcher allègrement sur les coraux…

Un local nous expliquera à posteriori qu’il vaut mieux privatiser une banca et faire les îles dans le désordre. Ainsi le gros des visiteurs est déjà parti et les lieux retrouvent leur sérénité.

Shimizu Island

Nous passerons malgré tout un bon moment sur Shimizu Island, où nous nous arrêtons pour déjeuner. Les amateurs de snorkeling pourront partir à la nage vers la droite de l’île (en regardant la mer). Après une courte randonnée palmée on se retrouve dans un passage relativement étroit entre Shimizu et Inatula Island. A quelques mètres seulement sous l’eau on découvre une variété de coraux et de poissons magnifique. Cela sera pour nous le meilleur moment de cette journée.

Seven Commandos Beach

Notre 3ème jour est consacré à la plongée, raison principale de notre venue à El Nido. Nous utilisons les services de Submariner, pour le sérieux et la qualité de l’équipement proposé. 

Nous embarquons à bord d’une banca moderne, spécialement équipée, pour 3 plongées. Nous n’entrerons pas dans les détails de chaque plongée mais les amateurs ne manqueront pas d’apprécier la diversité des coraux et de la vie sous-marine. Cela n’était pas le cas lors de notre passage mais il n’est pas rare de pouvoir observer des raies manta et des requins baleines!

 



 

Port Barton

 

Prince John resort

Après la grosse déception d’El Nido il nous fallait une bonne surprise et ce fut le cas avec Port Barton, dernière étape de notre périple. 

Après quelques heures de trajet en minivan, dont les derniers kilomètres se font carrément sur de la piste en terre, nous découvrons enfin la petite ville. Ca y est, nous sommes à nouveau loin de la folie d’El Nido et nous retrouvons la sérénité de la vie aux Philippines.

Un bateau nous emmène un peu à l’écart de la ville, au Prince John Resort, un guesthouse composé de seulement quelques bungalows posés entre les palmiers sur une plage déserte et tenu par John un habitant du coin.

Honeymoon Suite

Nous sommes tout de suite ravis par le caractère simple et isolé de l’endroit. John nous accueille et nous présente les lieux et les activités alentours.

Nous y passons trois jours magiques, au calme, à profiter de la cuisine délicieuse de John, servie sur des tables en bambous au bord de l’eau, à nous balader sur des plages désertes dont Nao Nao beach toute voisine, à nager avec les tortues et même à découvrir les îles alentours grâce au bateau de John. Ce séjour restera avec Batad parmi les meilleurs moments de notre séjour aux Philippines.

Nao Nao Beach

 


Retour à Manille

 

C’est au terme d’un autre long voyage en van  puis en avion par un vol Air Asia que nous rentrons à Manille. Le transfert du terminal des vols intérieurs vers celui des vols internationaux est un peu fastidieux et l’organisation de l’enregistrement pour les vols internationaux également. Prévoyez du temps à l’aéroport avant votre vol. Pour le reste l’aéroport de Manille est bien équipé et aura de quoi vous occuper en attendant l’embarquement. 

 

Conclusion

 

Ce voyage aux Philippines n’aura pratiquement été fait que de belles surprises. Les habitants sont chaleureux et toujours prêts à vous aider. Les paysages sont variés et les activités terrestres et aquatiques ne manquent pas. Nous y retournerons c’est sûr, découvrir d’autres îles. Nous vous raconterons tout, c’est promis !

 

Infos pratiques:

 

 

Les bonnes adresses

 

 

Quel guide voyage?

 

 

Philippines – Lonely Planet – 3ème édition: comme la plupart des guides lonely planet ce guide est globalement de bon conseil et vous permettra de trouver des informations pratiques. Revers de la médaille les lieux encensés par ces ouvrages tendent à devenir la proie du tourisme de masse et à perdre leur authenticité à l’instar d’El Nido…

 

S’équiper:

 

– Chaussures de randonnée, K-way, plusieurs paires de chaussettes de randonnée, pull fin en polaire. Les conditions météorologiques peuvent être rudes dans les montagnes de Banaue, mieux vaut partir bien équipé!

– Masque,tuba et palmes pour le snorkeling (possibilité d’en louer sur place à la journée à Puerto Princessa et El Nido).

– Un T-shirt anti-UV: pour éviter les coups de soleils dans le dos pendant le snorkeling.

– Trousse à pharmacie: l’accès aux soins peut être parfois très compliqué aux Philippines, notamment à Banaue, mieux vaut prévoir un minimum de matériel (voir notre article).

– Traitement anti-Palu: en fonction de votre destination aux Philippines (voir notre article).

– Une powerbank à paneaux solaires: indispensable pour recharger vos appareils électroniques lorsque vous êtes dans des lieux reculés. Nous avons testé ce modèle en particulier qui nous a rendu bien des services.

– Caméra Sony AS-200v: plus performante que la GoPro, c’est avec elle que nous avons tourné le film de ce voyage.

– DJI Phantom 4 Standard, Advanced ou Pro: le drone est un vrai plus pour filmer des plans incomparables. 

 

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.