Introduction

Premiers pas en Islande

L’Islande, terre de glace et de feu, voilà une destination qui fait rêver et qui connait un succès croissant ces derniers temps! Nous avons eu la chance d’aller y passer une semaine au printemps dernier. Suivez-nous pour le récit de cette semaine où nous en avons pris plein les yeux!

Avant de commencer le récit du voyage à proprement parler, il nous faut évoquer quelques particularités spécifiques à cette destination. Car si l’aventure et la beauté seront au rendez-vous mieux vaut partir préparé pour éviter quelques galères!

Commençons tout d’abord par le budget, toujours évoqué pour n’importe quel voyage, il prend ici une importance toute particulière. En effet inutile de vous le cacher, la vie en Islande est hors de prix! La nourriture, l’essence, les logements, tout coûte plus cher voire beaucoup plus cher qu’en France:

– Manger: pizzas à 25 euros, soupe à 15 euros, bière à près de 10 euros. Avec de tels prix, y compris en dehors des zones touristiques, inutile de vous dire que si vous comptez manger fréquemment au restaurant il faudra prévoir un sacré budget en conséquence! La seule alternative consiste à aller faire ses courses au supermarché et faire une cure de sandwichs ou de soupes déshydratées pendant votre séjour. Les prix au supermarché restent malgré tout plus élevés que chez nous, on garde en particulier en mémoire le paquet de fromage tranché pour sandwich à 20€ les 10 tranches…

– L’essence: autre nerf de la guerre puisqu’il est inconcevable de visiter ce vaste pays sans être motorisé, il faudra vous attendre à payer votre essence aux alentours de 1,70€/litre. 

– Se loger: pour vous loger, comptez environ 90€ la nuit pour un hotel milieu de gamme. De nombreux hotels disposent d’un plateau-bouilloire dans les chambres. Vous pourrez utiliser cet élément à votre avantage si vous souhaitez échapper à une addition salée de restaurant!

Pour 2 personnes, en dehors de la location de voiture et des billets d’avion, un budget d’environ 100€ par jour passé en Islande semble être un minimum en dessous duquel il est difficile de descendre. 

La question du budget réglée, il nous semble utile de vous dire un mot sur la location de voiture pour votre voyage et en particulier sur le type de voiture. Vous remarquerez que nous avons fait le choix de louer un petit 4×4 pour notre séjour et ce pour une bonne raison! Dans certaines parties de l’Islande et en particulier dans les fjords du nord-ouest les routes se résument à des pistes gravillonnées aux pentes parfois très abruptes totalement impraticables à notre sens au volant d’une citadine… En revanche si vous souhaitez vous limiter au Cercle d’or, l’ensemble des routes y sont goudronnées et un véhicule standard suffira amplement, à vous de voir si vous comptez vous éloigner des sentiers battus!

Dernier point, relatif à la sécurité, l’Islande étant vaste et peu peuplée, cela implique que vous passerez parfois plusieurs heures sans croiser une ville ou un autre véhicule. Ajoutez à cela des conditions climatiques parfois extrêmes et rapidement changeantes et les ennuis peuvent commencer! Nous vous conseillons donc: de garder de l’eau dans votre voiture, de faire le plein d’essence aussi régulièrement que possible, les stations services sont parfois très espacées dans certaines parties du pays et enfin de toujours avoir à portée de main des vêtements chauds et imperméables.

Maintenant que nous avons fait le tour des conseils généraux et des précautions d’usage, place au récit de voyage!

La vidéo de notre voyage




Jour 1 - Reykjavik

Le Blue Lagoon

Levés avant l’aube pour attraper notre vol, nous atterrissons à Reykjavik en tout début de matinée grâce au décalage horaire favorable. Nous récupérons rapidement notre 4×4 de location et nous mettons en route vers la première étape de notre séjour: le Blue Lagoon!

Blue lagoon

Le Blue Lagoon est probablement la source chaude la plus connue d’Islande. Il est facilement reconnaissable à sa magnifique eau bleue claire. C’est aussi le bain le plus cher d’Islande, et peut être du monde, avec des billets d’entrée débutant aux alentours de 78 euros/personne! A ce prix vous avez le droit d’accéder au bain, à une serviette de bain et à une boissons gratuite au bar du lagoon. Nous avons longuement réfléchis avant d’acheter nos billets, le prix nous semblant vraiment excessif. Nous avons finis par craquer devant la beauté des lieux et l’appel d’un bain dans une eau à 38°. L’expérience est assez unique, les locaux sont propres et bien organisés. L’eau incroyablement chaude et relaxante offre vraiment un excellent moment pour se ressourcer. Prévoyez d’y passer entre 2 et 3 heures, plus si vous comptez déjeuner au restaurant des lieux. Bien que nous recommandions cette activité nous tenons à vous préciser que vous aurez d’autres possibilités toutes aussi agréables de vous baigner dans des sources chaudes lors de votre séjour, donc pas de regrets si votre budget est serré! Voir notre sélection des meilleures sources chaudes.

Reykjavik

Bien qu’il s’agisse de la capitale du pays, Reykjavik est pourtant une ville minuscule. Relativement dépourvue de charme, la ville mérite malgré tout que vous y passiez une journée pour découvrir son minuscule centre-ville et y visiter ses rares monuments.

Nous commençons par déposer nos affaires dans notre hôtel, l’Artic Comfort Hotel, très légèrement excentré mais proposant des chambres propres, spacieuses et très bien équipées. Nous reprenons ensuite notre voiture pour finir de nous rapprocher du centre-ville. Celui-ci est très petit, et organisé autour de 2 rues commerçantes: Laugavegur et Skolavördustigur. Contenant quelques boutiques originales mais surtout énormément de boutiques de souvenirs il suffit d’environ 2 heures pour en avoir assez largement fait le tour.

L’heure du déjeuner approche et nous commençons à regarder les menus des restaurants du centre-ville. On nous avait prévenus que l’Islande était une destination onéreuse mais nous étions encore loin du compte. Nous hallucinons: pizzas à 25€, bières à 10€ et la liste est longue! Affamés nous nous rabattons sur le Svarta Kaffid servant des soupes délicieuses dans des miches de pains creusées. L’addition reste salée puisqu’il nous en coutera malgré tout 40 euros pour 2 soupes et une bière.

Le ventre plein et le portefeuille allégé nous poursuivons notre visite du centre-ville. Seul 2 bâtiments remarquables sortent un peu du lot: l’église Hallgrimskrikja et la salle de concert Harpa. 

Église Hallgrimskrikja

Haute de 75 mètres, l’église luthérienne Hallgrimskrikja fût construite en 1945. Son originalité repose sur l’emploi de béton comme matériau de construction y compris pour sa façade. Son architecture surprenante rappelle celle d’un orgue. L’intérieur, assez sobre est dans un style gothique.

Plus design, la salle de concert Harpa est située sur le port. Reconnaissable par sa façade vitrée d’aspect irrégulier, la salle propose une belle programmation d’évènement musicaux classiques et plus modernes. Elle a été inaugurée en 2011 après un arrêt prolongé des travaux en raison de la crise financière islandaise.

Notre tour de la ville terminé nous regagnons notre hôtel en fin d’après-midi. Nous y dormons 13 heures d’affilées. Il faut croire que le décalage horaire et le calme des nuits islandaises nous réussi!

Salle de Concert Harpa




Jour 2 - En route pour le sud

Requinqués par notre nuit de 13 heures nous somme debout à 7h et en route à 8h! Nous prenons la direction du sud vers notre premier objectif de la journée: la réserve naturelle de Reykjanesfolkvangur.

Reykjanesfolkvangur

Pourtant situé à une petite dizaine de kilomètres de Reykjavik, cette réserve naturelle n’a rien d’urbaine. Sauvage, montagneuse, traversée d’une seule route parfois non goudronnée, le contraste avec la ville pourtant toute proche est saisissant. 

Le Lac Kleifarvatn

Nous arrivons depuis le nord par la route 42. Notre premier objectif est le lac Kleifarvatn, entouré de plages de sable noir et de roches volcanique. Nous sommes tout de suite saisis par la beauté du lieu et par le total dépaysement qu’il procure. Seuls au monde dans ce lieu magique en cette heure matinale, nous savourons ces précieux instants et poursuivons notre route un peu grisés par autant de beauté.

Nous continuons a descendre la route 42 vers le sud sur quelques kilomètres pour arriver à la zone géothermique de Seltùn (également appelée Krysuvik).

Seltùn marque notre premier contact avec l’activité volcanique de l’île. Vaste réseau de sources chaudes dont les eaux riches en minéraux colorent la roche sous jacente, le parc est parcouru par un sentier bien balisé et des passerelles permettant de franchir sans danger les différentes sources.

zone géothermique de Seltùn
Le parc géothermique de Seltùn

Nous reprenons ensuite la route pour quitter la réserve par le sud et rejoindre la route n°1 via la route n°427 en direction de notre prochain objectif, les chute de Seljalandsfoss.

Seljalandsfoss

Situées à 120 km au sud-est de Reykjavik, les chutes de Seljalandsfoss sont les premières que nous rencontrons sur la route circulaire. Le trajet pour les rejoindre est déjà une attraction en soit et pour cause la route n°1 chemine entre mer, montagnes volcaniques et coulées de laves. Nous nous arrêtons régulièrement au cours de notre trajet, empruntant de temps à autre une route secondaire transversale pour rejoindre des coins nous semblant pittoresques.

seljalandsfoss
Les chutes de Seljalandsfoss
seljalandsfoss

Hautes de 65 mètres, les chutes de Seljalandsfoss ont la particularité de pouvoir être photographiées en arrière de la cascade grâce au sentier cheminant à flanc de falaise. L’accès est facile puisqu’un parking (payant d’ailleurs) est situé à une petite centaine de mètres de la chute d’eau. Sur la gauche un court sentier de randonnée permets de rejoindre des chutes annexes. Il n’est à priori par possible de rejoindre le haut de la cascade par un sentier. Si vous voulez profiter de la cascade sans avoir à la partager avec d’autres visiteurs (et notamment ceux des excursions), arrangez-vous pour caler votre visite en tout début de journée ou au contraire en fin d’après-midi.

Skogafoss

Situées à une trentaine de kilomètre plus à l’ouest, les chutes de Skogafoss impressionnent surtout par leur largeur (25 mètres). Elles aussi sont d’accès facile et un parking (gratuit) tout proche permet de stationner facilement.

Un premier sentier permet d’arriver jusqu’au pied des chutes (prévoyez un imperméable, vous risquez de finir trempés!). Un second sentier à droite des chutes et essentiellement constitué d’escaliers permets de grimper la falaise pour gagner son sommet et bénéficier d’un point de vue imprenable sur les environs. Un sentier longe le cours de la rivière et permets de s’y promener en amont. Ici aussi si vous souhaitez profiter seuls (ou presque des chutes) nous vous recommandons de réserver cette visite au début ou à la fin de journée.

Skogafoss
Les chutes de Skogafoss
Solheimasandur Plane Wreck

La dernière étape de notre journée est l’épave d’avion de Solheimasandur. Cette épave de DC3 de l’US Navy est situé au milieu d’un désert de sable noir à une dizaine de kilomètres de Skogàfoss. Perdue au milieu du sable l’épave parait presque irréelle et se prête particulièrement bien aux photos en noir et blanc.

solheimasandur plane wreck
Solheimasandur Plane Wreck

Pour accéder à l’épave empruntez la route n°1 jusqu’à ce parking improvisé situé au bord de la route. Ensuite il faut poursuivre à pied vers le sud en suivant le sentier balisé. L’épave est située à 3,9 kilomètre du parking et il n’existe aucun endroit pour vous abriter en route en cas d’intempérie. Veillez donc à la météo alentour pour éviter de vous faire rincer une fois sur place! Comptez environ 2 heures en tout pour aller voir l’épave et en revenir.

Après cette dernière étape il est temps pour nous de rebrousser chemin et de reprendre la direction de l’ouest. Nous regagnons la petite ville de Selfoss où nous passons la nuit dans un bungalow confortable au Gesthùs




Jour 3 - La remontée vers le nord

Bien reposés après une nuit au calme, nous reprenons la route pour finir notre tour du cercle d’or. Nous commençons par emprunter le route n°35 pour les 2 premiers objectifs de la journée: Gullfoss et Geysir.

Le route n°35 est goudronnée d’un bout à l’autre et la circulation presque inexistante en cette heure matinale. A peine avons nous quittés Selfoss que les paysages commencent à changer radicalement. Les plaines presque désertiques de la côte sud laissent la place à de belles montagnes aux sommets enneigés et de beaux vallons recouverts de sapins. On se croirait presque au Canada par moments! 

Gullfoss
Gullfoss
Les chutes de Gullfoss

Hautes de 32 mètres, les chutes de Gullfoss sont peut être les plus impressionnantes que nous ayons vues pendant ce séjour. Organisées en 2 étages, très larges et s’écoulant à un très fort débit, on ressent vraiment la force de la nature en les observant. Le torrent génère une imposante brume à la base des chutes qui remonte et crée de magnifiques arcs en ciel lorsque le soleil est de la partie.

Geysir

On pouvait difficilement faire plus évocateur pour nommer ce site géothermal connu pour ses geysers et pour cause puisque c’est lui même qui à donné son nom à ce phénomène naturel! Situé un peu avant les chutes de Gullfoss sur la route n°35, le parc de Geysir comporte tout un réseau de sources chaudes et plusieurs geysers.

Bien que Geysir soit le plus grand geyser du lieu, il est également moins actif depuis le début du 20ème siècle. Votre meilleure chance de voir un geyser en action est de patienter devant le geyser Strokkur, un peu plus petit, mais qui projète tout de même une colonne d’eau de 20 mètres toutes les 10-15 minutes.

Geysir
Le geyser Strokkur

Après avoir nous être suffisamment amusés à observer ce phénomène rare nous reprenons la route pour l’étape suivant: le Parc national de Thingvellir. Nous y accédons par la route n°37 puis continuons sur la route n°365. Le temps d’une pause pique-nique seuls au monde avec une vue sur splendide sur le lac Thingvallavatn en contrebas et nous finissons par arriver au parc.

Thingvellir National Park

Isolé de tout, ce magnifique parc naturel est pourtant un lieu majeur d’un point de vue historique et géologique. Ancienne capitale du pays à l’époque des vikings, Thingvellir tenait lieu de parlement. C’était aussi le lieu des exécutions capitales. Ce fut enfin le lieu où fut proclamée l’indépendance de la République d’Islande en 1944. 

Géologiquement le parc est traversée par la dorsale médio-océanique et permet d’observer les plaques tectoniques nord-américaines et eurasiennes.

Oxarafoss
Oxarafoss

L’accès au parc est facile et plusieurs parking aménagés (stationnement payant en haute saison) permettent de laisser sa voiture pour commencer la balade.

Nous commençons notre visite par la cascade d’Oxarafoss, accessible par un sentier balisé en une dizaine de minutes de marche. 

Nous prenons ensuite le sentier cheminant entre les 2 plaques, et offrant plusieurs point de vues superbes sur le lac en contrebas et les reliefs alentours. Ne ratez pas le point de vue magnifique offert depuis la plateforme à proximité du centre des visiteurs.

Une fois arrivés au centre des visiteurs, nous rebroussons en partie chemin puis redescendons quelques marches pour passer de l’autre côté du cours d’eau et rejoindre la charmante église de Thingvellir.

Thingvellir national park
Thingvellir national park

Nous quittons le parc par l’ouest, en empruntant la route n°36, la journée est belle et comme nous ne sommes pas pressés par le temps nous décidons de rejoindre Akranes, notre étape suivante en contournant le Fjord via les routes n° 48 puis 47 (si vous êtes pressés, vous pouvez emprunter le tunnel passant au bout du Fjord). 

Akranes
Akranes

La soixantaine de kilomètres qui nous sépare d’Akranes donne lieu à un trajet magnifique. Les paysages changent vite, passant des reliefs volcaniques hostile à des paysages maritimes somptueux. 

Au terme de  ce trajet nous finissons par arriver à destination. Si le village d’Akranes en lui même n’a pas beaucoup de charme, il en est autrement pour le vieux phare situé à sa pointe. Nous y restons le temps d’une courte marche autour du phare avant de reprendre la route pour notre dernière étape de la journée: le village de Borgarnes

Borgarnes

Situé à l’extrémité d’une étroite péninsule, le port de Borgarnes jouit d’une vue magnifique sur les volcans alentours. Une promenade côtière permet de se balader le long du rivage composé de jolies plages de sable noir. La ville dispose également d’une piscine et de jaccuzis pour se détendre en fin de journée.

Borgarnes

Nous logeons ce soir l’Hotel Borgarnes. Agréablement situé en bord de mer, l’hôtel propose des chambres confortables et un excellent buffet de petit déjeuner. Une bonne option à considérer comme point de chute.




Jour 4 - La péninsule de Snaefellsnes

Nous repartons de bonne heure après avoir profité du copieux petit déjeuner de l’hôtel. Il faut dire qu’après déja 4 jours à se nourrir essentiellement de sandwichs on est contents de trouver autre chose à se mettre sous la dent!

snaefellsnes peninsula

Nous regagnons la route n°54 en direction du nord, destination la péninsule de Snaefellsnes. Le trajet est incroyable, bordé par la mer d’un coté et de montagnes volcaniques de l’autre, nous sommes aussi émerveillés par les gigantesques étendues de prairies qui s’étendent sur des dizaines de kilomètres, habitées ça et là par quelques fermes et cabanes dont la tranquillité laisse rêveur!

Nous abordons la péninsule par le sud afin d’en faire le tour. Bientôt nous sommes en vue du  Snæfellsjökull, célèbre volcan culminant à 1446 mètres et rendu célèbre par Jules Verne dans son voyage au centre de la terre. Pour les plus aventureux une randonnée de 5 heures permets son ascension, réputée difficile voire dangereuse, il vaut mieux partir bien équipés!

Insuffisamment équipés pour nous engager sur un tel trek, nous nous contentons d’admirer la vue depuis le bas et quittons la route 54 par la gauche pour pénétrer dans le parc national situé à l’extrémité de la péninsule.

Notre premier stop se fait à Hellnar, un minuscule hameau situé au bord d’une plage de galet. Outre le joli point de vue qu’il offre sur la côte alentour, il permet aussi de faire une agréable balade en direction du village voisin d’Arnarstapi en empruntant un sentier côtier bien balisé. Nous parcourons le sentier pendant une trentaine de minutes avant de rebrousser chemin. Le temps nous presse, nous avons rendez-vous en début d’après-midi à Olafsvik pour aller observer des baleines!

snaefellsnes peninsula
snaefellsnes peninsula

Nous faisons malgré tout un dernier stop un peu plus loin, à Djùpalonssandur, une belle plage de sable noir, bordée par une coulée de lave. Sur la plage nous apercevons un grande quantité de débris métalliques dont nous apprendrons qu’il s’agit en fait des restes d’un chalutier échoué là depuis 1948!

snaefellsnes peninsula

L’heure tourne et il est désormais grand temps pour nous de filer vers Olafsvik. Nous devons faire l’impasse sur le petit village de pêcheur de Rif que nous apercevons en passant.  Arrivés à Olafsvik, nous nous rendons dans le minuscule (et unique) supermarché de la petite ville histoire de nous ravitailler en ingrédients pour sandwichs! Nous arrivons enfin sur le port, point de rendez-vous pour le départ de notre excursion.

Pour cette sortie en mer nous avions choisi d’utiliser les services de Laki Tours, une compagnie locale, mettant en avant le respect de l’environnement et promouvant la préservation des grands mammifères marins. Le temps de nous équiper d’une combinaison intégrale et imperméable et nous embarquons à bord du bateau. Nous faisons la connaissance de Judith, notre guide pour cette sortie. Elle nous fait une rapide présentation des lieux et nous expose les différents types de mammifères marins que nous pourrions avoir la chance de rencontrer aujourd’hui.

Nous quittons enfin le port en direction du large. Il ne faut pas longtemps à l’équipage pour repérer aux jumelles le jet d’une baleine venant de faire surface. Malheureusement le temps de nous rendre sur la zone celle-ci est déjà repartie et nous ne la reverrons pas. Nous poursuivons alors notre route vers l’ouest et sommes bientôt en vue de grands ailerons noirs à la surface de l’eau! Le temps d’arriver sur la zone nous découvrons alors une colonie d’environ 6 orques en train de chasser. Le spectacle est véritablement magique. Judith nous explique qu’il est facile de différencier les individus mâles des femelles grâce à l’aileron dorsal, plus grand chez les mâles et pouvant atteindre 1,80m de haut! Nous restons un moment à les observer puis repartons toujours à l’ouest à la recherche d’autres individus. En route nous apercevons l’un des premiers macareux de la saison, encore en mer pour l’instant nous apprenons qu’ils viendront à terre pour nicher dans les semaines à venir.

olafsvik
olafsvik
Le port d'Olafsvik

Nous ne verrons malheureusement pas de baleines lors de cette sortie, mais nous auront la chance de croiser un autre groupe d’orques lors du chemin du retour. 

Nous regagnons la terre ferme ravis de cette sortie, encore émerveillés par ces orques que nous avons pu observer de très près. Il est temps pour nous de reprendre la route et de rejoindre la route n°54, direction Grundarfjördur où nous projetons de passer la nuit.

mont kirkjufell
Le mont Kirkjufell
mont kirkjufell

Nous nous arrêtons un peu avant nôtre destination pour observer le mont Kirkjufell. Haute de 463 mètres et coincée entre la mer d’un côté et des chutes d’eau de l’autre, il s’agit du site le plus photographié d’Islande et on comprends pourquoi! Le temps de profiter du paysage et de prendre quelques photos et nous reprenons la route pour rejoindre le charmant port de Grundarfjördur. Ce soir là nous logeons au Grundarfjördur Guesthouse and Apartments, un guesthouse très propre et bien situé, équippé d’un grand espace de vie commune et jouissant d’une vue splendide sur le mont Kirkjufell situé de l’autre côté de la baie. Nous passons la fin d’après midi à nous reposer et profitons de l’agréable salon-cuisine mis à la disposition des clients. Nous en profitons également pour faire le point et décider de la suite de la suite de nôtre itinéraire. Avec seulement 3 jours devant nous avant de devoir rejoindre Reykjavik, nous devons faire un choix, nous engager dans les fjords du nord-ouest ou faire l’impasse et poursuivre notre route sur la côte nord en direction d’Akureyri. 

Il nous suffit de regarder quelques images des Fjords et d’apprendre que moins de 10% des visiteurs du pays se rendent dans les fjords pour prendre notre décision. Direction les Fjords!




Jour 5 - En route vers les Fjords

Nous quittons l’hôtel de bonne heure pour entamer notre route vers le nord, mais avant de quitter la péninsule de Snaefellsnes, il nous faut faire un dernier détour. Après quelques kilomètres de route nous quittons de nouveau la route N°54 et nous engageons sur la piste non goudronnée menant au port de Stykkisholmur. Peuplé d’à peine 1000 habitants, ce port isolé  bordé de jolies maison colorées offre une image de carte postale.  

Nous arrivons dans la ville encore endormie et nous garons sur le port pour partir à la découverte des environs. Un petit ferry est amarré à quai, attendant probablement un départ plus tard dans la journée vers l’Ile de Flatey. Le port est bordé par Sungandisey Island une presqu’île dont le sommet est accessible par quelques marches et un court sentier. Arrivés en haut nous profitons d’un coté de la jolie vue sur le village en contrebas et de l’autre sur la vue de la baie zébrée d’écueils. 

Le temps de profiter des lieux et de finir notre ballade et nous regagnons notre voiture sans croiser âme qui vive! 

Nous quittons alors pour de bon la péninsule en empruntant la route n°54. Plus nous avançons plus l’état de la route se dégrade alternant entre de la piste gravillonnée et de la piste en terre. 

Nous progressons lentement jusqu’à l’embranchement avec la route n°60 qui marque le retour du bitume. Le guide nous met en garde sur la rareté des stations d’essence dans les fjords et sur la possibilité  de rester coincés en cas d’intempérie lors des passages dans les cols. 

Stykkisholmur
Stykkisholmur
Le port de Stykkisholmur

Peu enclins à l’idée d’être en panne sèche sans nourriture, nous profitons de notre passage dans le village de Budardalur pour faire le plein et faire quelques provisions! Il est encore un peu tôt pour nous arrêter déjeuner et nous décidons de poursuivre encore un peu vers le nord avant de faire une pause.

Hot Pot de Saelingsdalur
Hot Pot de Saelingsdalur

Une vingtaine de kilomètres plus loin, un petit panneau nous indique un Hot Pot à proximité. Bien que peu engageant, nous décidons d’emprunter le chemin quittant la route, curieux de voir quel trésor pourrai s’y trouver au bout. De prime abord nous sommes plutôt déçus, le chemin se termine en effet par seulement quelques maison et un genre d’hôtel sans grand charme. Pourtant en y regardant de plus près, nous apercevons un nuage de vapeur s’échappant d’un pré dans les hauteurs du village. Après une courte marche, nous tombons sur le charmant Hot Pot de Saelingsdalur et son eau à 37°! Seuls au monde pour profiter de l’endroit nous engloutissons notre repas du midi avant de nous jeter à l’eau!

Nous nous prélassons dans l’eau chaude jusqu’au début d’après midi, il est temps de repartir puisque plus de 200 Km nous séparent encore de Patreksfjördur, notre point de chute pour la nuit.

Nous ne tardons pas à apercevoir les reliefs et entamons bientôt la montée d’une succession de cols sur des pistes plutôt chaotiques. La route est  splendide et nous franchissons des sommets enneigés époustouflés par la vue alentour entre mer et montagne. Plus nous progressons, plus notre sentiment de calme et d’isolement progresse. Nous passons parfois plus d’une heure sans croiser une voiture ou apercevoir une habitation! 

La plus grande partie de la route est faite de piste en terre plus ou moins gravillonnée. Ajoutez à cela des pentes parfois très raides et nous somme ravis d’avoir opté pour un 4×4!! Il faut dire que notre petit Jimny s’en sort à merveille! Nous nous arrêtons ponctuellement pour profiter d’un point de vue, ou découvrir l’un des nombreux Hot Pots qui bordent la route.

Au terme de presque 370 Km de route, nous arrivons en fin d’après-midi dans le charmant port de Patreksfjördur. Situé à flanc de Fjörd et baigné par le soleil, l’endroit est tout simplement magnifique.

Nous déposons nos affaires à l’Hotel West, où nous disposons d’une jolie chambre avec vue sur le fjörd. En prime l’hôtel dispose d’un salon confortable bordé de baies vitrées pour profiter de la vue confortablement installé dans un canapé! Un must!

Motivés par le grand soleil qui brille encore fort malgré l’heure tardive, nous décidons d’aller à pied découvrir la ville et le port. La ville est calme et nous observons les rares habitants profiter de ce qui doit être pour eux les premiers beaux jour après un long hiver.  Nous finissons par rentrer à l’hôtel et passons notre soirée à profiter du salon commun.

Patreksfjördur
Patreksfjördur




Jour 6 - la grande traversée

Pour cet avant dernier jour en Islande nous décidons de terminer notre exploration des fjords du Nord-Ouest en prenant la direction d’Holmavik. Notre plan initial était de poursuivre en direction d’Isafjördur pour voir de la réserve naturelle d’Hornstrandir mais nous devons abandonner cette idée faute de temps. Dommage, il parait pourtant que cette partie des fjords abrite parmi les paysages les plus somptueux et que les chanceux peuvent même y voir des renards polaires! Ça sera pour une prochaine fois…

Nous reprenons donc la route à bord de notre petit Jimny. Notre premier objectif de la journée et d’essayer d’aller voir des phoques, la gérante de l’hôtel nous conseille de nous rendre un peu plus au sud, sur la plage de Raudisandur. Encadrée par 2 longs bancs de sables, cette longue plage abrite fréquemment des colonies de ces charmants mammifères à moustaches!

Nous empruntons la chaotique route 614, infranchissable sans 4×4, et arrivons au terme d’un court trajet. L’arrivée se fait par les hauteurs et nous jouissons d’une vue à couper le souffle sur la gigantesque plage ainsi que le prairie  la bordant en arrière. Nous laissons notre voiture au bout de la route et poursuivons à pied, en direction du grand banc de sable que nous apercevons au loin.

Nous atteignons enfin la mer et marchons un long moment en direction de l’extrémité du banc de sable. Malheureusement les phoques devaient être à la pêche et nous n’en verrons pas cette fois ci… La ballade était malgré tout très agréable et ce fut une bonne occasion de profiter de la mer et de cette gigantesque étendue de sable sans croiser personne.

Patreksfjördur
Patreksfjördur

Bien que bredouille dans notre quête de phoques, nous reprenons la route vivifiée par cette promenade marine. Nous rebroussons partiellement chemin et empruntons la route n°63 jusqu’à Bidudalur.

Bidudalur
Bidudalur

Port de pêche peuplé d’à peine plus d’une centaine d’habitants,  Bidudalur avec ses maisons colorées offre un vrai paysage de carte postale. Ici encore nous arrivons par les hauteurs du fjord et sommes époustouflés par le vue qui nous est offerte.

Nous parcourons en voiture, puis à pied les quelques rues qui composent le village et trouvons une belle étendue d’herbe pour pique niquer avec au menu les désormais rituels sandwichs jambon cream cheese!

Nous restons un moment installés au soleil à profiter de la vue magnifique sur le fjord. On serait bien restés!

La suite de notre trajet nous ramène en pleine nature et en bord de fjord pendant un long moment. Nous découvrons notamment en chemin un des plus charmants Hot Pots de notre séjour, celui de Reykjafjardarlaug (voir notre sélections des meilleures sources chaudes d’Islande). La route N°63 puis n°60 finissent par nous ramener sur la route n°60 que nous avions empruntée en partie à l’aller.

Au fur et à mesure que nous avançons vers le nord et l’est, le temps se dégrade progressivement et le vent se lève jusqu’à devenir franchement incompatible avec la promenade! Nous parcourons donc quasi d’un trait les 3 heures de route qui nous séparent de notre destination: Holmavik!

Nous trouvons refuge pour la nuit dans la petite ville de Drangsnes, située de l’autre côté de la baie d’Holmavik. Le Malarhorn Guesthouse où nous passons la nuit met à notre disposition une chambre confortable ainsi qu’un espace cuisine et salon commun. Parfait pour passer le reste de l’après-midi à lire et boire du thé pendant que la tempête fait rage dehors!

La nuit arrive et il est temps de nous reposer, demain une longue route nous attends pour regagner Reykjavik.

Jour 7 - Retour à Reykjavik

Nous nous réveillons pour ce dernier jour de route sous un ciel plus clément que la veille. Le temps de profiter d’un petit déjeuner dans l’agréable cuisine commune du guesthouse et nous nous mettons en route pour la dernière étape de ce voyage, le retour à Reykjavik.

Nous profitons du beau temps relatif pour visiter rapidement Drangsnes et découvrons les Hots Pots les plus confortables que nous ayons pu croiser jusqu’ici: la source chaude coule directement dans des cuves de jacuzzis face à la mer! Rien de tel pour profiter d’un bain en profitant du paysage (voir notre sélection des meilleurs Hot Pots).

A peine avons nous repris notre voiture que l’oeil affuté d’Anaïs fait une autre découverte: une colonie de phoques est installée sur la côte à proximité de la route! Nous garons à la hâte la voiture sur le bas côté et essayons de nous approcher doucement à pied. Indifférents à notre présence, les phoques finissent par se mettre à l’eau mais restent à proximité à nous observer. C’est une belle rencontre et nous restons un long moment à nous observer les un les autres! Quelques photos plus tard, nous repartons pour de bon, direction Reykjavik! 

drangsnes

Les 300 Km qui nous séparent de Reykjavik nous font traverser des portions de routes désertes et nous ne croisons qu’une seule voiture sur les 150 premiers kilomètres qui nous font rejoindre la route circulaire! Le retour sur la route N°1 marque un retour relatif à la civilisation et surtout le retour des routes goudronnées!

Nous repassons par des villes désormais connues, Budardalur, Borgarnes et arrivons enfin à Reykjavik en fin d’après-midi. Le temps de faire nos adieux à notre fidèle Jimny que nous rendons sans une égratignure et nous prenons nos quartier au Bed & Breakfast Hotel, situé à proximité immédiate de l’aéroport.




Jour 8 - Retour en France

Nous nous levons de très bonne heure pour prendre le vol qui nous ramènera à la maison. Une courte marche nous amène jusqu’au Terminal et nous franchissons les différents contrôles sans difficultés. Il faut dire que l’aéroport est récent, bien organisé et plutôt bien équipé pour attendre tranquillement lez vol. Nous ne pouvions pas ne pas vous dire un mot sur les boutiques de Duty Free. Un seul mot, fuyez! Ce sont de loin les plus chères que nous ayons pu voir à ce jour avec des prix plus élevés que le prix normal en France! Mieux vaut prévoir de faire vos achats détaxés avant le départ où à votre retour.

Conclusion

Une fois passé le choc de notre pouvoir d’achat inexistant, ce voyage n’aura été qu’une succession d’émerveillements. Les vastes espaces sauvages, les imposantes cascades, les plages de sable noir, la variété de la faune et de la flore, chaque jour aura eu son lot de bonnes surprises. Notre point de chute préféré aura probablement été les fjords du nord-ouest. Coupés du monde, riches en Hot Pots plus magnifiques les uns que les autres, lieu privilégié pour observer des aurores boréales, nous en garderons un souvenir de liberté totale. 

Notre seul regret sera de ne pas avoir pu avoir le temps de visiter l’est et le sud de l’Ile, nous y retourneront, c’est sûr!

Découvrez aussi





0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.